Alors que trois personnes sont mortes dans la nuit de samedi à dimanche au cours de règlements de comptes sur fond de trafic de stupéfiants à Marseille, le maire de la ville, Benoît Payan, réclame “un parquet spécial”. Les magistrats, quant à eux, dénoncent une “justice à l’asphyxie”.