Les animaux carnivores auraient un système immunitaire déficitaire, ce qui permettrait aux agents pathogènes de se développer incognito et d’acquérir des mutations potentiellement dangereuses et transmissibles à l’Homme.