Un CRS a été condamné, jeudi, à dix-huit mois de prison avec sursis et deux ans d’interdiction d’exercer pour avoir agressé un bénévole britannique à Calais, en marge d’une évacuation de migrants, et pour avoir falsifié son procès-verbal. Ses deux subordonnés ont, quant à eux, été relaxés.