Trois ans après et à sept mois du premier tour de la présidentielle, Alexandre Benalla l’ancien chargé de mission de l’Élysée comparait à partir du lundi 13 septembre devant le tribunal de grande instance de Paris pour “violence en réunion” et “port d’arme” lors des manifestations du 1er mai 2018.