Au quatrième jour du procès des attentats du 13 novembre 2015, le président de la cour d’assises a levé lundi les doutes qui pesaient jusque-là sur la diffusion d’enregistrements sonores captés au Bataclan. Des documents susceptibles de heurter la sensibilité des victimes et de leurs proches.