Salah Abdeslam a froidement déclaré, mercredi, que l’attaque du 13-Novembre visait “la France, des civils, mais il n’y avait rien de personnel”. Le dernier survivant du commando a livré ses premières justifications à ces attaques perpétrées au nom de l’organisation État islamique.