Si les interactions entre les anticorps neutralisants et le coronavirus sont très étudiées, celles qui impliquent les lymphocytes T restent méconnues. Des scientifiques australiens font la lumière sur la manière dont un lymphocyte T reconnaît une cellule infectée par le coronavirus.