Des chercheurs sont sur la piste d’un traitement contre la maladie de Parkinson. Injectés par voie intranasale, les deux peptides ralentissent la mort des neurones dopaminergiques. Les premiers résultats sur des souris de laboratoire sont encourageants.