À partir de ce mardi, la parole est aux victimes. Quelque 300 personnes vont tour à tour témoigner à la barre durant cinq semaines pour raconter l’horreur des attentats du 13 novembre 2015. Une nouvelle épreuve pour les parties civiles, qui ont pu compter sur l’aide technique et psychologique des associations de victimes.