Au lendemain des Assises de la santé mentale et de la psychiatrie en France, les professionnels du secteur jettent un regard sans complaisance sur leur spécialité, passée de “pionnière et innovante” à moribonde. L’hégémonie américaine explique en partie ce déclin français.