L’enquête des “Pandora papers” a révélé, lundi soir, que l’ancien ministre et patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, avait domicilié ses entreprises dans des paradis fiscaux, lui permettant de bénéficier d’une importante optimisation fiscale.