Immigrées africaines et mamans dans des situations précaires, Fatou, Aminata ou encore Mariame ont pris les devants et ont créé à Saint-Denis “la cantine des femmes battantes” pour gagner leur autonomie financière à coup de poulets yassa et de mafés livrés à domicile.