Une semaine après la remise du rapport choc sur les abus sexuels dans l’Église, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a rappelé au président de la conférence des évêques de France qu’aucune loi n’était supérieure à celles de la République. Il a déclaré que le secret de la confession dans l’Église catholique ne saurait servir de justification pour ne pas dénoncer des crimes sexuels commis contre des enfants.