Après s’être opposée au principe d’une troisième dose, lui préférant une couverture vaccinale plus accessible dans tous les pays, l’Organisation mondiale de la Santé fait machine arrière en la préconisant pour les personnes immunodéprimées. Un volte-face qui s’explique par le flou qui persiste…