Une étude publiée dans Nature Medicine dévoile deux mécanismes qui permettent à l’organisme de contrôler la réplication du VIH sans l’aide des antirétroviraux.