Dans une tribune publiée lundi dans Le Monde, près de 300 femmes politiques de gauche appellent les partis à “écarter les auteurs de violences sexuelles et sexistes”, estimant qu’ils soutiennent encore trop d’élus et de candidats mis en cause.