Les recommandations des sociétés savantes sont contradictoires. Faut-il, oui ou non, utiliser de l’aspirine dans le cadre d’une stratégie de prévention des risques d’événements cardiovasculaires ? Une étude européenne récemment publiée, montre que la balance bénéfice-risque est à reconsidérer.