Michelle Perrot, historienne féministe, brisait un tabou il y a un demi-siècle : enseigner l’Histoire des femmes. Il ne s’agissait pas pour elle de les sortir du silence, mais plutôt de rendre la parole féminine enfin audible. Comme l’est désormais celle des féministes de la génération “#MeToo”, auxquelles les réseaux sociaux offrent une tribune nouvelle. Sur leurs combats sociétaux, cette professeure émérite pose un regard à la fois apaisé et optimiste.