Avec plus de 7 millions de “mal-inscrits” en France, dont 43 % des 25-29 ans, la mal-inscription est l’une des causes principales de l’abstention à la présidentielle. La France, où l’inscription sur les listes de sa commune après un déménagement n’est pas automatique, fait figure d’exception européenne. Pour y remédier, la date limite d’inscription pour le scrutin d’avril a été repoussée au 4 mars 2022.