Une étude prépubliée suggère que le coronavirus peut infecter les adipocytes et les macrophages dans les tissus graisseux. Ces résultats, s’ils se confirment, apporteraient des premiers éléments d’explication sur les formes graves et prolongées de la Covid-19 qui touchent les patients obèses.