La protéine S a été choisie comme antigène vaccinal mais ses mutations fréquentes affaiblissent les anticorps induits par la vaccination. À l’université de Californie, les scientifiques proposent un autre antigène beaucoup moins sujet aux changements.