Emmanuel Macron a salué, dimanche, la victoire du “non” lors du troisième et dernier référendum sur l’autodétermination de la Nouvelle-Calédonie. Bien que les résultats soient contestés par les indépendantistes, ils sont avantageux pour l’État français, qui se sert, entre autres, de la Nouvelle-Calédonie pour asseoir la puissance de la France dans le Pacifique.