Incriminé par la célèbre inscription “Omar m’a tuer”, l’ancien jardinier se bat depuis plus de 20 ans pour être innocenté par la justice. La réouverture de son dossier, autorisée jeudi, pourrait donner lieu à une révision du procès.