Le tribunal judiciaire de Paris a validé vendredi un accord conclu avec le groupe de luxe LVMH. La multinationale a accepté de payer 10 millions d’euros pour éviter des poursuites dans l’enquête sur un système d’espionnage dans lequel serait impliqué l’ancien patron du renseignement intérieur, Bernard Squarcini.