La Haute Autorité de santé s’est dite, lundi, en faveur de la vaccination des 5 -11 ans, tout en précisant qu’elle ne souhaitait pas la rendre “exigible ni obligatoire”. L’instance justifie sa décision par le fait que le bénéfice risque d’une vaccination des quelque 5,7 millions d’enfants français serait “favorable” en particulier dans le contexte de l’arrivée du variant Omicron, très contagieux.