Depuis la flambée des prix du gaz, qui ont atteint jusqu’à dix fois leur cours habituel à cause de la guerre en Ukraine, Jean Guilbaud, cultivateur de tomates, a drastiquement réduit le chauffage dans ses serres. Privées de chaleur, les tomates risquent de pousser moins vite et de développer des maladies, entraînant une chute des rendements.