La justice vient d’annoncer la clôture de l’instruction dans le cadre de l’affaire du chlordécone, un pesticide très nocif autorisé dans les bananeraies jusqu’en 1993. Aucune mise en examen n’a été prononcée, ce qui conforte l’hypothèse du non-lieu. Une décision vivement critiquée en Guadeloupe et en Martinique où, selon Santé publique France, plus de 90 % de la population adulte est contaminée par la substance.