Dans le duel qui l’oppose à Marine Le Pen au second tour des élections présidentielles du 24 avril, Emmanuel Macron peut-il miser sur la carte du barrage à l’extrême droite ? Ce reflexe “républicain”, parce que transcendant les affiliations partisanes, avait largement contribué à sa première élection en 2017. Mais la contre-attaque de Marine Le Pen, surfant, elle, sur une vague anti-Macron balayant plusieurs franges de la population, rend l’issue de ce scrutin incertaine.