À l’approche du second tour de l’élection présidentielle, les militants écologistes sont dans une impasse : ils refusent de voter pour Marine Le Pen, qu’ils jugent à rebours des enjeux environnementaux. Pour autant, ils ne sont convaincus ni par le bilan d’Emmanuel Macron ni par son programme.