Le président sortant Emmanuel Macron a accusé mercredi soir Marine Le Pen, lors de leur débat télévisé de l’entre-deux-tours, d’être à la solde du pouvoir russe en raison du prêt contracté auprès d’une banque russe par son parti, l’ex-Front national, aujourd’hui rebaptisé Rassemblement national.