Arrivé largement en tête au sein de la gauche au premier tour de la présidentielle le 10 avril, le parti de Jean-Luc Mélenchon a entamé des discussions, mercredi, avec son rival socialiste. Il n’existe “pas de points insurmontables” pour négocier un accord aux législatives de juin, se sont félicités La France insoumise et la délégation du Parti socialiste, à l’issue de leur rencontre.