Négociations tendues pour les législatives, union de la gauche, difficultés à choisir un Premier ministre : le chef de l’État, qui sera officiellement investi samedi pour son second mandat, donne le sentiment de tâtonner face à la recomposition en cours du paysage politique.