En décidant de se rebaptiser “Renaissance”, le parti du président Emmanuel Macron s’inscrit dans une tendance qui se généralise dans le paysage politique français : le renouvellement des labels des principales formations. Pour le politologue Christophe Sente, l’accélération de ce phénomène est symptomatique d’une période de transition politique où la forme compte désormais plus que le fond.