Une information judiciaire a été ouverte fin mars à Paris pour “complicité de torture” après la plainte de deux Britanniques visant le président émirati d’Interpol, Ahmed Nasser al-Raisi.